Compte-rendu critique
Christine Berthiaume
Département des littératures de langue française
2104-3272
Sens public 2019/10/31

Introduction

Dans l’article « De l’éditeur au lecteur : De Marque et la distribution du livre numérique » l’auteure, Joanie Grenier, présente le rôle d’un distributeur numérique et le cheminement du livre numérique de l’éditeur au lecteur, en se basant sur le cas particulier de la plateforme générique Cantook, du fournisseur De Marque. En janvier 2016, Joanie Grenier a entrepris son doctorat en études françaises, cheminement en littérature et histoire du livre et de l’édition. Elle est également assistante de recherche au GRÉLQ1. Il y a déjà 10 ans que l’Association Nationale des Éditeurs de Livres du Québec (ANEL) et l’entreprise De Marque se sont associés pour créer l’entrepôt numérique. Le texte qui suit nous permettra d’évaluer si l’étude d’un seul cas précis sera suffisante pour permettre de bien comprendre le rôle et les enjeux d’un distributeur numérique.

Propos de l’ouvrage

Thèse de l’ouvrage

Dès les premières lignes de son article, l’auteure affirme, et ce malgré le fait que plusieurs estiment que le « numérique » est accompagné de la « désintermédiation », que le rôle des distributeurs ne disparaît pas avec le livre numérique. Les distributeurs numériques ont un rôle incontournable à jouer car ils disposent des moyens et de l’expertise pour rejoindre efficacement l’ensemble des points de vente dans les marchés locaux et internationaux. Afin de bien illustrer son propos, l’auteure s’appuie sur la plateforme Cantook du distributeur numérique québécois De Marque. Ses données ont été, entre autres, recueillies lors d’entretiens avec Clément Laberge (Vice-président général, De Marque) et Marie-Hélène Métivier (Coordonnatrice des relations avec les éditeurs et les points de ventes, De Marque).

Résumé de l’ouvrage

Tout d’abord, l’auteure présente qu’en 2009, l’ANEL et De Marque s’associent et créent l’entrepôt numérique afin de permettre aux éditeurs québécois et canadiens-français de diffuser leurs livres numériques. Depuis, plus de 750 000 livres ont été vendus et plusieurs ententes de partenariats signées. Par la suite, De Marque a concrétisé son expertise et son rôle de distributeur 100% numérique en exportant sa plateforme générique, Cantook, à l’international en signant des accords avec les grands groupes d’édition en France (Eden), en Italie (Edigita) et Espagne (Libranda).

L’auteure rappelle qu’il est faux de parler de « dématérialisation » pour le livre numérique car il occupe un espace numérique et qu’il est impossible pour toutes les librairies de gérer les milliers de fichiers. Elle émet l’hypothèque que les deux modes de distribution utilisés par Cantook sont probablement utilisés par les autres distributeurs et qu’il n’y a pas de règle qui encadre la distribution. Dans le premier mode, push, De Marque livre les fichiers et métadonnées aux grands détaillants. Dans le deuxième mode, pull, il livre seulement les métadonnées aux librairies et héberge les fichiers sur ses serveurs. C’est donc la capacité à gérer les fichiers qui détermine le mode utilisé. Avec le mode push, les détaillants conservent confidentielle une grande partie des données générées pour leur valeur marketing. Cette situation irrite plusieurs éditeurs mais le pouvoir économique des géants du web est trop important.

L’auteure nous indique que le livre numérique n’est pas assujetti à la Loi 512. Ainsi, le rôle des acteurs de la chaîne du livre s’est transformé ce qui a remis en question la valeur accordée au support, dont son prix. Elle rappelle que le conflit engendré par Amazon en 2009 et sa politique du prix le plus bas est responsable de la création des deux principaux systèmes contractuels soient : le wholesale (prix fixé par le revendeur) et le agency model (prix fixé par l’éditeur). Ces deux principes définissent, encore aujourd’hui, les relations contractuelles entre les acteurs. L’entrepôt de l’ANEL-De Marque s’inspire du modèle agency pour établir ses remises. L’auteure conclut cette section en affirmant que malgré les changements occasionnés par le numérique, les leviers de la distribution sont toujours présents.

Ensuite, l’article présente en détail les étapes techniques à suivre par l’éditeur pour acheminer ses publications numériques aux lecteurs à partir de Cantook et fait le portrait du réseau de distribution de Cantook reliés à l’entrepôt. Au Québec, la majorité des libraires indépendants y est présente. L’auteure précise que Amazon américain n’est pas présent car il utilise le modèle wholesale et que des liens ont été créés entre tous les utilisateurs de cantook (Entrepôt, Libranda, Eden et Edigita) afin de faciliter les relations commerciales.

L’auteure conclut son article en précisant qu’une diffusion efficace est indispensable afin d’éviter que les livres se perdent dans l’offre culturelle en ligne et que cela sera l’enjeu de De Marque pour les années à venir.

Critique

Concernant la forme de l’article, ce dernier décrit minutieusement, parfois avec trop de rigueur, le fonctionnement de la plateforme Cantook et le cheminement d’un livre numérique. Toutefois, sa structure est claire, précise et fluide pour une lecture efficace.

Pour ce qui est du contenu, quelques éléments sont incomplets. Tout d’abord, selon son site Internet De Marque offre plusieurs services. En plus d’avoir développé la plateforme Cantook pour les éditeurs, De Marque a développé la plateforme Cantook Station pour le prêt numérique (via Bibliopresto au Québec) incluant sa librairie intégrée Cantook librairie. Finalement, De Marque propose aux éditeurs de se créer une boutique en ligne à partir de la plateforme Cantook Boutique afin qu’ils puissent vendre leurs livres numériques. Il aurait donc été nécessaire que l’auteure présente l’écosystème complet de De Marque afin d’évaluer comment ce dernier influence son rôle de distributeur et comment ses relations sont perçues par les différents acteurs de la chaîne du livre.

Également, il aurait été pertinent d’avoir le point de vue des éditeurs sur le fonctionnement de la plateforme Cantook et le service de De Marque. En effet, l’auteure décrit en détail le fonctionnement de la plateforme mais qu’en est-il de la satisfaction des éditeurs ? Comment l’entrepôt évolue selon les besoins des éditeurs ?

Tout au long de l’article, il est énoncé que De Marque est un acteur incontournable dans l’industrie du livre numérique autant sur le marché local qu’international. Dès le début de l’article, l’auteure mentionne qu’au Québec, il n’y a que trois structures de distribution numérique. Mais qu’en est-il sur le marché international ? Ayant une présence importante hors Québec, il serait intéressant d’analyser quels sont les concurrents de De Marque et quels sont ses liens avec eux ? Comment se positionne-t-il face à eux ? Par exemple, quelles sont les forces et faiblesses de De Marque et de sa plateforme Cantook face à Numilog (France) ou Primento (Belgique) ? Compte tenu de l’importance du marché international, cette analyse est essentielle pour avoir une vue d’ensemble et bien définir le rôle et le fonctionnement d’un distributeur numérique.

Conclusion

En conclusion, cet article est très descriptif et amène beaucoup de détails techniques sur le fonctionnement de Cantook. L’objectif de l’article de Joanie Grenier était de définir le rôle d’un distributeur numérique à partir d’un cas précis, la plateforme Cantook de De Marque. Une analyse complète en incluant l’environnement externe et interne de De Marque ainsi que la satisfaction des utilisateurs aurait été nécessaire afin de bien définir le rôle d’un distributeur numérique. Finalement, depuis quelques années, De Marque a fait l’acquisition de plusieurs joueurs de l’industrie du livre numérique. Comme l’indique l’auteure, l’enjeu futur de De Marque sera la découvrabilité des livres. Il devra également s’assurer que sa croissance et son écosystème soient conformes avec ses différents rôles, dont celui de distributeur numérique. Il sera intéressant d’évaluer comment ses deux enjeux viendront transformer son rôle de distributeur numérique au cours des prochaines années.

Nombre de mots : 1259

Bibliographie

« De Marque croît dans les bibliothèques anglophones ». s. d. Le Devoir. Consulté le 23 octobre 2019. https://www.ledevoir.com/lire/545786/demarque-croit-doucement-dans-les-biblios-anglos.

Edteq, Association. 2018. (Découvrez #Edteq) De Marque : de projet étudiant à vecteur de transmission de culture. https://ecolebranchee.com/decouvrez-edteq-de-marque-de-projet-etudiant-a-vecteur-de-transmission-de-culture/.

Grenier, Joanie. 2017. « De l’éditeur au lecteur : De Marque et la distribution du livre numérique ». Mémoires du livre / Studies in Book Culture 8 (2). https://doi.org/https://doi.org/10.7202/1039705ar.

ICI.Radio-Canada.ca, Zone Économie-. s. d. « Une firme de Québec acquiert un géant espagnol du numérique ». Radio-Canada.ca. Consulté le 23 octobre 2019. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1094259/distributeur-contenus-numeriques-de-marque-quebec-acquisition-libranda-espagnol.

Prologue transfère ses activités de distribution et de diffusion de livres numériques à De Marque. s. d. https://www.grenier.qc.ca/nouvelles/16757/prologue-transfere-ses-activites-de-distribution-et-de-diffusion-de-livres-numeriques-a-de-marque.


  1. Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec

  2. Loi sur le développement des entreprises québécoises dans le domaine du livre